Qu’est-ce qu’un professionnel ou une professionnelle du secrétariat



Le métier de Secrétaire ou d’Assistante se décline souvent au féminin mais on rencontre également des hommes dans ce domaine

Nous nous posons souvent la question du professionnalisme dans nos métiers mais il y a des milieux où la question ne se pose pas. Dans les milieux sportifs, la notion de professionnalisme est généralement associée à l’argent : le « pro » touche un salaire d’autant plus important que ses performances sont reconnues. Mais dans notre milieu administratif nous n’avons ni sponsor, ni d’émoluments qui atteignent au début de notre carrière des sommes astronomiques !
Comme dans tout job, l’argent est un moteur bien entendu, mais être professionnel repose sur la reconnaissance des performances et de nos capacités à s’adapter.

1. Alors comment définir un professionnel du secrétariat ?

Pas toujours simple !

Une qualification ou un diplôme peuvent nous permettre de prouver que nous avons suivi un cursus. Mais avons-nous assez de capacités pour pouvoir transformer notre capital de savoir en compétences professionnelles. Une carrière longue et de l’expérience peuvent aussi être un atout pour se lancer.
La formation initiale d’un ou d’une débutante n’est qu’une promesse d’outils et de méthodes à inventer pour les adapter à son activité. Et quand on arrive sur le terrain, qui peut être miné par des professionnelles aguerries, chacun doit se construire en puisant des modèles dans l’expérience des autres et en respectant la déontologie de sa profession.
La notion de compétence est liée à la maîtrise des situations que nous allons rencontrer tout au long de notre parcours professionnel. Ces compétences peuvent être remise en cause s’il survient une erreur, une dissimulation de documents, une faute, une absence de professionnalisme sur un dossier ou une violation de la loi.

Le professionnel reconnu est celui qui reste compétent malgré les changements.

Serait « pro » celui ou celle qui serait capable de questionner sa pratique, de partager ses questions, ses solutions, ses réussites et ses échecs ; celui ou celle qui contribuerait ainsi à la constitution d’un savoir-faire professionnel via, par exemple, des répertoires de bonnes pratiques.

2. Notre métier est encore méconnu :

Pourquoi ne pas reconnaître simplement que l’assistante indépendante est une véritable professionnelle ? Que comme tout autre professionnel, elle met ses connaissances et son expérience au service de ses clients dans un cadre réglementaire et déontologique ?

L’assistante indépendante assure une tranquillité d’esprit vis-à-vis des professionnels avec lesquels elle travaille.